La ferme Le Jardin du Trèfle récompensée pour ses actions pour la nature !

Stéphane et Pierre s’occupent toute l’année de leurs 30 vaches laitières et de de leur exploitation pour être acteurs de la protection de l’environnement et de la biodiversité.

Dans cette ferme familiale, les vaches sont à l’herbe et au champ toute l’année, elles reçoivent principalement des soins à base d’huiles essentielles et d’acupuncture. Pierre et Stéphane entretiennent également le bocage et continuent de planter des haies pour favoriser la présence de la biodiversité !

Grâce à toutes leurs actions, ils ont été récompensés par le concours Fermes D’avenir qui récompense des agriculteurs de toute la France qui œuvrent pour la mise en place de pratiques agroécologiques dans leurs fermes, soit des actions qui ont un triple objectif social, environnemental et économique.

Cette année, le concours a exceptionnellement posé ses valises et récompensé exclusivement des projets en Normandie, région riche en diversité agricole ! Et ça tombe bien, parce que dans cette région, nos producteurs partenaires ne sont pas en manque d’idées pour réaliser de très beaux projets !

Et quelle fierté pour nous de pouvoir vous partager la récompense de la ferme le Jardin du Trèfle qui remporte le lauréat de la catégorie Elevage ! Stéphane et Pierre nous racontent leur parcours :

Pourquoi avoir postulé à ce concours ?

L’idée de notre participation était de partager nos pratiques en matière d’agroécologie, mais aussi de partager celles-ci auprès de nos collègues engagés dans une démarche similaire, à savoir gérer sa ferme en y intégrant l’écosystème et l’humain.

 

Quelles actions concrètes en agroécologie sont mises en place dans votre ferme ?

Nos vaches Montbéliardes sont à l’herbe et au champ toute l’année ce qui permet notamment d’entretenir les prairies sans travail mécanique important (la fertilisation étant principalement assurée par les vaches elles-mêmes).

Les vêlages ont lieu principalement au printemps, période de la pousse d’herbe, et les génisses sont élevées sous vaches nourrices sur un parcours de pâturage différent de celui des vaches laitières ce qui leur permet notamment de développer une immunité aux parasites de manière progressive. Seules les génisses de moins d’un an passent l’hiver en stabulation.

Les soins aux animaux sont principalement basés sur les huiles essentielles et l’acupuncture.

Les prairies sont autant que possible maintenues en prairies naturelles plus rémanentes (aléas climatiques) et les 3 kilomètres de haies bocagères sont entretenues et complétées régulièrement depuis 30 ans.

Nous valorisons une partie de notre lait que nous transformons en fromages (tomes, fromage frais et yaourts) que nous vendons en direct sur la boutique de la ferme ou en circuit court (dans un rayon de 25 km).

Nous sommes adhérents du réseau CIVAM ce qui permet d’échanger et de se former régulièrement avec nos collègues éleveurs laitiers engagés dans une démarche identique.

Nous accueillons régulièrement des woofeurs, des stagiaires en formation agricole, des groupes scolaires et des évènements comme l’Atertour en 2021.

 

Comment pensez-vous utiliser votre récompense financière du concours ?

En aménageant une salle pour l’accueil pour les événements festifs et les formations sur le site de la ferme.

 

Quels sont vos plans pour le futur ?

Nous avons en tête plusieurs projets :

– Replantation de haies notamment sur une parcelle mise à disposition par Stéphane lors de son entrée dans le GAEC

– Réduire l’utilisation de bâches plastiques en privilégiant le foin versus l’enrubannage